Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin


Recherche






chapitre extrait du PHENOMENE HUMAIN / Demeter


Christiane Latraiche / L'importance de la transmission
La transmission fait partie intégrante de l’évolution, aussi bien chez les humains que chez les animaux ,pour ces derniers nous parlerons plus de transmission que d’évolution.
Il n’ a jamais été aussi important de transmettre, ce qui est le travail de tout un chacun . La tendance de la société actuelle est de mettre de côté les anciens ,les rapports familiaux changent ainsi que la relation famille/école ,l’individualisme triomphe . Aller de l’avant est important sans faire abstraction des repères anciens mais, au contraire, de s’en servir comme d’un tremplin .
Transmettre est consubstantiel à la nature humaine ,qu’il s’agisse de la vie que l’on donne ,du savoir que l’on partage ,des rites et des croyances que l’on diffust oralement ou par écrit. Le niveau intellectuel global des familles et de la société a progressé ,informations et savoirs circulent de toute part . Dans les années à venir un métissage croissant de différents modes d’enseignements ,les formes traditionnelles à coté des pratiques nouvelles se développeront,demandant beaucoup de discernement .

« L’évolution des mammifères. »
La morphogenèse et l’origine des coaptations (ajustement immédiat et parfait de deux organes d’un même individu) : le biologiste et généticien CUENOT pensait qu’une forme de conscience des besoins ,une sorte de démon organisateur était à l’origine de ces formidables outils qui ne devaient rien au hasard tesl le bouton pression de la carapace du crabe et les canules perforées de côté injectant un liquide toxique paralysant chez les araignées et les scorpions . L’évolution des mammifères risque de se dégrader sans efforts importants et sans réorientation des priorités .En effet les lieux où les mammifères sont le plus menacés ne sont pas ceux où les politiques de protection sont aujourd’hui les plus actives et les zones protégées pourraient ne pas être suffisantes pour atténuer les pertes .
La transformation des espèces évoluera au fil des années sans jamais pouvoir vraiment entrer dans une catégorie historique épistémologique tel que le darwinisme le suggérait , d’où l’ambiguïté .Un animal est au bout de quelques mois ce qu’il sera toute sa vie .Les sociétés animales sont rigoureusement immuables . L’animal est de part en part programmé par la nature .

« Les Primates . »
Ils représentent le phylum de pure et directe cérébralisation . Ils consomment quotidiennement 50% de calories en moins que les autres mammifères .Ce métabolisme lent expliquerait pourquoi les humains et les autres primates grandissent lentement et vivent mieux . La mise en place des différents caractères propres à l’homme s’est faite sous l’action de l’évolution darwinienne et est toujours en action à l’heure actuelle.

« L’INDIVIDU »
Teilhard dit « Pour arracher l’individu à sa paresse naturelle …… »
Tout au long de sa vie l’être humain a à faire des choix qui le font évoluer .Il n’y a pas de hasard mais des chances que la vie lui propose . « Avec l’âge les qualités et les défauts se développent . »C’est ainsi que certaines personnes deviennent agressives ,aigries et d’autres tout amour selon le chemin qu’elles ont choisi .
« Ne pas chercher par le dehors ce qui se trouve à l’intérieur de nous . » Teilhard invite à nous intérioriser ,à développer le perfectionnement de notre cerveau . Il y a en nous une faculté de se perfectionner qui réside autant dans l’individu (c’est le rôle de l’éducation) que dans l’espèce ( c’est le domaine de la culture et de la politique) et ne pas oublier la réflexion .
Habiter son corps ,c’est sentir le corps intérieur ,sentir la vie en nous et découvrir que nous somme autre chose au-delà de la forme extérieure. Le mental veut toujours catégoriser ,comparer ,accaparer toute notre attention ,alors nous sommes coupés de notre être. Il est important d’être profondément enraciné . Si nous sommes contrôlés par le mental c'est-à-dire par l’égo nous prenons part à la folie collective . Pour devenir conscient l’homme doit se réapproprier sa conscience au détriment du mental « Bienheureux les pauvres d’esprit ... » .Une connaissance vivante ancienne et pourtant toujours nouvelle est ainsi réactivée et libérée dans chacune des cellules de notre corps.

L’homme doit pour ainsi dire s’inventer lui-même ,s’éduquer et se perfectionner sans cesse ,sans autres limites que celle de sa vie , telle est sa liberté.
Au fil d’une autre histoire ,celle de l’évolution ,il a acquis cette capacité à être libre .
 
Dimanche 25 Février 2018 14:56

« le phénomène humain », collection sagesses, p. 95-135


Catherine GODINOT / L'EXPANSION DE LA VIE
Commentaire par Catherine Godinot

       La Vie est apparue une seule fois sur notre terre dans un océan primitif. Les fossiles les plus anciens connus sur terre, des protoplasmes, ressemblent aux bactéries que nous connaissons aujourd’hui et datent d’environ 3,5 à plus de 4 milliards d’années.  Une soupe primitive contenant des composés organiques simples se sont ensuite combinés pour former des composés plus complexes, ce qui a finalement conduit à la vie. Pour que la Vie ait pu ainsi apparaître, c’est sans doute parce que la terre se trouvait à ce moment-là dans une situation privilégiée qui favorisait l’édification des premiers organismes vivants connus, des protoplasmes.. Cette situation a très peu de chances de se renouveler, sauf, peut-être artificiellement (p.93) . En effet, à partir d’eau, de méthane, d’ammoniac et d’hydrogène, Miller-Urey et ses collègues [Shapiro, R, Origins: a skeptic’s guide to the creation of Life on Earth. Bantam books 1987(o671-45939-2) p. 110] ont en effet observé la formation d’acides aminés, de sucres, des lipides, de composants des acides nucléiques mais pas d’ADN ou d’ARN entier. En 2009, L’équipe de Sutherland réussit à synthétiser des nucléotides dans les conditions plausibles d’une atmosphère prébiotique. [Matthew et al., Synthesis of activated pyrimidine ribonucleotides in prebiotically plausible conditions; Nature 2009, 459:239-242]. A partir de ces éléments, des gènes et des protéines essentiels pour le fonctionnement de la vie se sont formés et la vie a évolué pour donner naissance à des espèces de plus en plus perfectionnées. Les gènes essentiels au fonctionnement de la Vie se retrouvent très similaires dans ces différentes espèces.
 
Mercredi 21 Février 2018 09:16